FAQ Questions fréquement posées


Des réponses à vos questions


Voici les réponses à quelques-unes des questions qui nous ont été le plus souvent demandées lors de nos consultations.


Qu’est-ce que le gaz naturel liquéfié?

Le gaz naturel liquéfié (GNL) est du gaz naturel refroidi à -162oC, qui passe alors de l’état gazeux à l’état liquide. Le GNL est un liquide clair, transparent, inodore, non corrosif et non toxique. Le GNL est entreposé, sous pression atmosphérique, dans un double réservoir virtuellement impénétrable.

Quelle est la principale différence entre le gaz naturel traditionnel et le GNL?

La principale différence entre le gaz naturel et le gaz naturel liquéfié est l’état physique du produit.  Le GNL est essentiellement du gaz naturel qui devient liquide lorsqu’il est refroidi à  -162oC,  Le gaz naturel sous forme liquéfiée occupe 600 fois moins d’espace que le gaz naturel sous forme gazeuse,  ce qui rend possible son transport, son entreposage et sa distribution en grandes quantités.

Quel est l’intérêt pour le Québec d’avoir accès à du GNL?

Au Québec, seules les régions desservies par le réseau actuel de distribution par pipeline ont accès au gaz naturel.

La production de GNL permet donc de desservir par bateau, par train ou par camion, les entreprises qui n’ont pas accès au réseau de pipeline de gaz naturel.
Le GNL offre une source d’énergie alternative moins dispendieuse et plus propre que le diesel et le mazout à ces clients non desservis par le réseau actuel de distribution du gaz naturel.
En remplaçant ces produits pétroliers sources d’émission de contaminants atmosphériques, comme l’oxyde d’azote (NOx), le dioxyde de soufre (SO2) et diverses particules, l’usage du GNL améliore sensiblement le bilan environnemental des entreprises.

 

Pourquoi avoir choisi la ville de Bécancour pour construire une usine de liquéfaction de gaz naturel?

• Le Parc industriel de Bécancour est desservi par le Gazoduc Trans Québec & Maritimes inc. qui assurera l’approvisionnement de l’usine en gaz naturel;
• Son port en eau profonde, avec ses deux jetées, est accessible à l’année;
• Le site choisi se retrouve à proximité du port et de la jetée;
• Le Parc offre une zone tampon sécuritaire entre le site et les quartiers résidentiels;
• Les autorités du Parc ont mis en place d’excellents services industriels;
• La région de Bécancour bénéficie d’une main-d’œuvre qualifiée.

Comment le GNL sera-t-il acheminé aux différents clients de SLNGaz?

SLNGaz acheminera le GNL à ses clients principalement par petits navires méthaniers d’environ 150 mètres, soit la taille des navires couramment utilisés sur le fleuve. On pourra aussi, à l’occasion, le distribuer par camions réfrigérés à double coque. Il s’agit d’un modèle de distribution à petite échelle très sécuritaire qui a fait ses preuves en Norvège depuis plus d’une décennie.

En comparaison, les grands méthaniers qui devaient transporter le GNL  du  projet Rabaska et ceux actuellement utilisés aux États-Unis contiennent huit fois plus de GNL (150 000 m3 contre 10 000 à 20 000 m3 pour SLNGaz). 

L’ajout de méthaniers n’augmentera-t-il pas de façon marquée le trafic maritime sur le fleuve Saint-Laurent?

Non. On estime que, par semaine, un  maximum de 3 navires méthaniers de SLNGaz naviguera sur le Fleuve. L’impact sera donc négligeable.

Comment SLNGaz va-t-elle s’assurer de générer de réelles retombées sociales et économiques pour la région de Bécancour?

SLNGaz entend s’assurer que la région de Bécancour profite grandement de l’implantation de l’usine de liquéfaction de GNL.

Cela passe notamment par sa volonté de faire affaire avec des fournisseurs de biens et de services locaux, de fournir des emplois de qualité aux gens de la région et de prendre une part active à la vie sociale et économique de Bécancour et des environs.

Vous pourrez d’ailleurs suivre l’ensemble des actions que nous poserons en ce sens en consultant notre site Internet ou les médias sociaux.

Favoriser une plus grande utilisation du gaz naturel au Québec ne va-t-il pas à l’encontre des objectifs gouvernementaux visant à réduire notre dépendance aux énergies fossiles?

Au contraire. Le remplacement de sources d’énergie polluantes, comme le mazout, par le gaz naturel, améliorera sensiblement le bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) de nos entreprises.

Dans son rapport, la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec recommande que le gouvernement du Québec encourage la fin de l’usage du charbon et du mazout lourd et son remplacement par le gaz naturel dans les applications industrielles où l’usage de l’électricité ou de la biomasse ne serait pas compétitif. Le gouvernement du Québec voit donc l’industrie du GNL comme étant une transition intéressante vers une dépendance moins importante des énergies fossiles.

Le projet de production et de distribution de GNL à Bécancour offrira justement aux industries québécoises non desservies par le réseau de distribution actuel de Gaz Métro, cette source d’énergie beaucoup plus propre qu’est le gaz naturel.

Quelles seront les mesures mises de l’avant pour assurer la sécurité des résidents de Bécancour en cas d’accident à l’usine?

Les usines de liquéfaction de GNL comme celle que construira SLNGaz sont parmi les plus sécuritaires au monde.

Le GNL est entreposé à pression atmosphérique dans un double réservoir composé d’un premier réservoir en acier inox, d’une large couche d’isolant puis d’un réservoir en béton armé de près d’un mètre d’épaisseur. Cette double protection rend virtuellement impossible tout dommage au réservoir.

Le bilan de sécurité des usines de GNL de Norvège, qui lui serviront de modèle, est d’ailleurs sans tache.

Ceci dit, l’usine de Bécancour respectera et, lorsque possible, pourra même excéder les plus hauts standards de qualité exigée par l’industrie sur le plan de la production, du stockage et de la manutention du GNL (code CSA Z276).

Situé au cœur de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, l’usine de SLNGaz sera également à distance sécuritaire des résidences.

Enfin, le personnel de SLNGaz sera formé pour gérer tous types d’incidents ou d’accidents pouvant survenir sur le site.

SLNGaz se joindra au CMMI, le comité mixte municipalités industries, responsable de la gestion des risques sur le territoire de la Ville de Bécancour. Ainsi, elle pourra bénéficier de l’expérience et de la structure de communication en place entre les intervenants locaux et la population concernant la gestion des risques.

L’analyse de risques technologiques a démontré que les conséquences de tous les scénarios d’accidents évalués demeurent confinées aux pourtours du site des installations. Aucune résidence où zone résidentielle ne peut être affectée en cas d’accident.

Tout au long du cycle de vie du projet, les risques sont identifiés et réévalués afin de s’assurer que les mesures de prévention, d’atténuation et de contrôle soient optimales.

Un plan de mesures d’urgence harmonisé sera aussi développé et mis en place en étroite collaboration avec l’ensemble des autorités et des intervenants en la matière.

Quelles seraient les conséquences d’un éventuel déversement de GNL lors de sa manutention ou de son transport chez les clients?

Le GNL est transparent, inodore, non corrosif et non toxique. Une fois exposé à l’environnement, le GNL reprend son état gazeux et s’évapore rapidement dans l’atmosphère, ne laissant aucun résidu dans l’eau ou sur le sol.

Ceci dit, il est bon de rappeler que le gaz naturel liquéfié ne peut pas exploser. Toutefois, en cas de fuite ou de déversement, le GNL passe sous forme gazeuse et le nuage de gaz naturel peut alors exploser s’il se retrouve dans une concentration de 5 à 15% dans l’air ambiant, qu’il y une zone congestionnée ou confinée permettant de conserver cette concentration, et qu’il y a une source d’ignition.

Rappelons que les équipements de procédés sont à l’extérieur et qu’il y a très peu de probabilités d’une fuite de GNL se trouve en zone confinée.

SLNGaz a mis en place tout un ensemble de mesures pour contenir le GNL dans les réservoirs lors de son entreposage, de sa manutention, de son transport et de sa distribution chez le client.

Advenant une fuite de GNL lors, par exemple, d’un transfert, celle-ci devient rapidement apparente à cause de la vapeur d’eau visible lors du réchauffement du GNL dans l’atmosphère et peut être rapidement stoppée. Encore une fois, s’il y a une telle fuite, le gaz naturel s’évaporera rapidement dans l’atmosphère.

Rappelons enfin le bilan enviable de l’entreprise en matière de sécurité en Norvège depuis plus de 10 ans.

En ce qui a trait au transport par navires méthaniers, trois petits déversements ont été constatés lors de manœuvres de chargement ou déchargement. Notons aussi qu’un méthanier a heurté légèrement le quai lors d’une manœuvre d’amarrage, mais il n’y a eu aucun déversement.

Aucun déversement de GNL contenu dans les réservoirs ne s’est produit.

En ce qui concerne le transport du GNL par camion, après plus de 40 000 chargements et déchargements, un seul bris de boyau de transfert a été répertorié. Résultat : le déversement de 2 litres de GNL seulement, rapidement évaporés dans l’atmosphère.

Deux camions ont également fait une sortie de route n’entraînant aucun déversement de GNL.




Abonnez-vous à l’infolettre

Vous désirez en savoir plus? Recevez plus d’informations à propos du projet.